Pollution électromagnétique

           

            Livret Hygiène Electromagnétique à télécharger en bas de page

Téléphones, tablettes, consoles de jeu ont envahi nos vies, nous apportant confort et modernité. 

Les ondes émises par tous ces objets communicants nous polluent jour et nuit.

Bien qu’invisibles et inodores, elles nuisent à notre santé et notre bien être quotidien.

Source d’inconforts, de stress ou de troubles du sommeil, elles peuvent même déclencher des pathologies plus lourdes chez les plus sensibles.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé entre autre les ondes électromagnétiques dans la catégorie cancérigène "possible".

  • Les Symptômes dus à l'exposition prolongée aux ondes naturelles (subtiles), ou artificielles et aux rayonnements :

 

 

 

 

 

 

  • Mal Etre, mauvais ressentis, Electrosensibilté, Acouphènes, tendance à l'irritabilité et à la nervosité, maux de tête chroniques, dépression, fatigue chronique, pertes de mémoire, douleurs musculaires, sommeil agité ou de piètre qualité, manque de concentration, allergies, problèmes de peau, rhumatismes, goutte. Et au pire : formule sanguine altérée, cancer, tumeurs, brisure de l' Adn...

 

  • Voir l'article sur l'"Electro Hyper Sensibilité": lorsque le seuil critique est atteint, nous basculons dans la pathologie.

 

Peut-on échapper aux ondes ?

Invisibles, inodores, silencieuses, les ondes artificielles

sont bien réelles, elles existent depuis l’invention de la

fée électricité.

De plus en plus omniprésentes, elles prolifèrent, dans nos

maisons, sur notre lieu de travail, dans notre environnement

et même dans les endroits isolés.

Les activités humaines, notamment la transmission d’informations (par téléphone, Internet, radio), émettent massivement des rayonnements non naturels.

Ce brouillard électromagnétique, ou « electrosmog », s’épaissit de plus en plus chaque jour mettant mal à l’aise de plus en plus de personnes, c’est une forme lente d’électrocution, avec son lot de personnes électro-hypersensibles grandissant.

 

Nous ne sommes pas tous égaux face aux rayonnements. Les femmes sont plus sensibles que les hommes. Il faut aussi avoir conscience que les jeunes générations ayant accès à la téléphonie mobile bien plus tôt que leurs aînés, seront exposées beaucoup plus longtemps aux ondes de la télécommunication. 

 

Certains experts estiment que la réglementation française ne protège pas suffisamment la population, car les normes en vigueurs protègent et satisfont les opérateurs et industriels. A ce jour, l’OMS reconnaît désormais que les radiofréquences sont de possibles cancérigènes.

Il y a bien sûr des solutions, de prévention et de détection.

Voir en fin de page:   

  • Comment traquer les ondes électromagnétiques

  • Diagnostic de votre environnement électromagnétique

  • Mesurer les champs Hautes et basses fréquences, les rayonnements

       électromagnétiques Radiofréquences/Hyperfréquences 

 Principales sources d’émission d’ondes

Les ondes hautes fréquences sont générées principalement par la

téléphonie mobile, le Wifi, le téléphone sans fil DECT, la radio FM,

le Bluetooth, le four micro ondes, etc.

Les ondes basses fréquences sont générées principalement par les lignes

hautes tensions d’ERDF, via notre réseau électrique domestique, et les appareils qui y sont reliés, l’éclairage, le chauffage, etc.

De fait, nos appareils électriques rayonnent en permanence, engendrant une pollution électromagnétique dans nos maisons.

Le champion reste le four à micro-ondes, mais tous les appareils électriques avec transformateurs, comme les radios-réveils ou les chaînes hi-fi, créent un champ électrique important, mais aussi les antennes, alarmes, radars....

Se protéger des ondes nocives

- Antenne de téléphonie mobile (jusqu’à au moins 600 mètres en campagne),

- Téléphone mobile (10 mètres), tablettes, smartphones, consoles de jeux

- Téléphone fixe sans fil (DECT) et téléphone avec fil (si relié à une box sans mise à la terre),       les babyphones

- Appareils électroménagers, four à micro-ondes, câbles électriques domestiques

- Ampoules fluo compactes (économiques),

- Alarme sans fils, lignes à hautes-tension, transformateurs

- Ordinateur à son contact ou à son approche, Wi-fi, Wlan, Bluetooth

- Terminaux de payement sans fils (carte bancaire)

- Portiques de supermarché, aéroport

- Automobile (électronique embarquée, bobine d'alimentation de l'allumage du moteur, Bluetooth)

- Trains, Métros, Bus, Avions, Radars, Aéroports, Bateaux de croisière, Hôtels, Restaurants...

Sur la sellette, il y a bien sûr la box Internet : elle ne pose problème que si la Wifi est activée, mais aussi le téléphone fixe sans fil, DECT dont la station de base propage des ondes en continu. L’effet est double : l’appareil émet tant qu’il est sous tension, soit 24h sur 24, mais aussi, de manière plus importante, lors des communications. Rajoutons tous les écrans qui rayonnent de la lumière bleue nocive pour les yeux..

 

Précautions de base pour le téléphone portable (valable aussi pour le téléphone fixe sans fil)

  • Pas de téléphone mobile pour les enfants et les moins de 15 ans. La croissance de leurs organismes les rend particulièrement vulnérables à tous les rayonnements électromagnétiques, y compris ceux des mobiles .

  • Les femmes enceintes et les personnes équipées d’appareils médicaux (stimulateur cardiaque, appareil auditif, etc.) devraient éviter de téléphoner avec un mobile, ou utiliser une tablette.

       L’eau du placenta et les cellules de l’embryon sont         très sensibles aux champs rayonnés.

 

Il existe des bandeaux de grossesse, pour une protection ventrale efficace.

Il est officiellement recommandé de ne jamais approcher un téléphone mobile en fonctionnement à moins de 20 cm d’un implant cardiaque, afin de limiter le risque de défaillance électronique provoquée par l’énergie dégagée par le portable.

  • La plupart des gens ne savent pas que le téléphone sans fil numérique est toxique pour eux et pour leurs enfants. Ils l'utilisent donc sans aucune restrictions... Ce sont en effet des mini antennes relais à l'intérieur de la maison, qui envoient "par pulses" des paquets de données en extrême basses fréquences portés sur des micro-ondes de 1,9 Ghz... ! . Il utilise donc, des fréquences toxiques telles que celles de la téléphonie mobile, des antennes-relais,  du Wifi ou Bluetooth avec des signaux d'extrêmement basses fréquences pulsées. Mieux vaut passer au téléphone filaire.

 

 

Attention:   le téléphone filaire connecté à une BOX internet elle même souvent reliée à un transformateur charge la BOX de champs électriques (50Hz) et donc le téléphone filaire qui devient irradiant. Solution : vous pouvez relier votre box à la terre  et utiliser un cable éthernet blindé pour relier votre ordinateur. La décharge de votre box se fera à la terre tout naturellement et vous pourrez téléphoner en toute quiétude.

 

  • Choisir et utiliser un téléphone mobile dont la valeur de DAS est le plus bas possible, de préférence toujours inférieure à 0,5 W/Kg. (Les fabricants de téléphone doivent impérativement indiquer le Débit d’absorption spécifique (DAS) de leur appareil neuf. Il donne une indication de l’impact de ces engins sur notre corps, et notamment notre cerveau).

  • Qu'est-ce que le DAS ?

 Le Débit d’Absorption Spécifique (DAS) de votre téléphone mobile est la norme               internationale qui quantifie votre niveau maximal d’exposition aux ondes             électromagnétiques. Cet indice désigne donc la plus grande quantité d’énergie que votre   corps et votre tête absorbent lorsque vous téléphonez. La France applique le standard   européen qui impose un DAS inférieur à 2 watts par kilogramme (W/kg). L’affichage du   DAS des téléphones mobiles est obligatoire sur les lieux de vente, la notice produit et les   publicités. Vous pouvez donc choisir votre mobile en fonction du niveau de rayonnement   électromagnétique de chaque modèle.

           

 

 

                                   

  • Ne pas porter son téléphone dans la pochette de la chemise, à l’aisselle ou à la ceinture de son pantalon. Tenir l’antenne du téléphone le plus éloigné possible de soi. Même lors de l’envoi d’un SMS, ou téléphoner avec un kit piéton à air, si possible.

  • Les oreillettes traditionnelles filaires livrées avec le téléphone, agissent  comme une véritable antenne et conduisent l'énergie haute fréquence  des ondes électromagnétiques émises par le téléphone

 portable (GSM) à travers le fil jusque dans l'oreille de l'utilisateur et par conséquent aussi dans sa tête!  Ceci en exposant par la même occasion

l'oreille interne et le cerveau à des effets biologiques

potentiellement nuisibles.

Il existe des oreillettes à tube d'air, avec lesquelles,  

on entend  beaucoup mieux qu'avec les électriques!

 

 

  • Les oreillettes Bluetooth émettent constamment des micro-ondes pulsées, même lorsque le portable (GSM) n'est pas utilisé car elles doivent maintenir une connexion avec le téléphone.

 

Vous avez aussi la possibilité de coller au dos de votre téléphone,  

une antenne passive, composée d'or ou d'argent, qui va permettre

de diminuer d'au moins 85% le DAS de votre mobile: Le Fazup"

  • Limiter le nombre et la durée de vos appels. Pas plus de 5 ou 6 fois par jour par exemple, ni plus de 2 ou 3 minutes d’affilée à chaque fois. Respecter un temps moyen de pause de 1h30 en chaque appel.

  • Ne téléphoner que dans des conditions de réception maximum : dès que votre écran affiche les

       "4 barrettes" de réseau. Pour chaque barrette                         manquante, le rayonnement émis par le portable pour

       se connecter est multiplié par 2.                                                                  

  • Ne pas téléphoner en vous déplaçant, ni en train, ni en  voiture, ni en bus, ni à pied, ni à cheval, ni en vélo, ni en bateau, ni en patinette, ni en roller, car le téléphone  dégage alors beaucoup d’ondes pour établir la communication avec un nouveau relais plus proche, et ce, d’autant plus souvent que l’on se déplace vite.

  • Ne pas téléphoner en voiture, même à l’arrêt, ou dans un ascenseur ou dans tout autre infrastructure métallique. Un effet dit "cage de Faraday" emprisonne et répercute les ondes émises par le portable, le rayonnement subi est alors maximum au centre de la "cage". Dans une voiture, cela se situe à la hauteur de votre tête.

  • La nuit, ne jamais conserver un téléphone mobile allumé à moins de 50 cm de votre tête. Toujours l’éteindre pour limiter le rayonnement (et celle de l’antenne relais avec lequel il communique).

 

                                         Attention!   

 

Les porteur d'implants, de stimulateurs cardiaques, d'amalgames dentaire, de lunettes, de boucles d'oreilles, de bagues, bracelets et autres objets métalliques....lors de communications ou d'exposition dans des lieux Wifi ou Bluetooth, vous portez sur vous des antennes passives par l'entremise des objets ci dessus.....votre biologie est perturbée doublement, appliquez le principe de base de  protection.

 

 

 

 

  • Ne pas oublier : lorsque vous utilisez votre téléphone mobile en public, vos voisins subissent le rayonnement émis par le téléphone. S’éloigner permet de leur éviter cette exposition passive.

Téléchargez la documentation « Les ondes et la santé ».

 

Limiter son exposition au Wifi

 

Les recommandations pour limiter son exposition Wifi, et le risque de développer des troubles de santé (au bout de 6 mois ou 2 ans par exemple, selon la sensibilité des personnes et les "doses" rayonnées). Voir : "Electro Hyper Sensibilité"

       Je recommande vivement:

 

  • Eviter une exposition permanente en laissant fonctionner votre box 24 heures/24. Pensez à la débrancher chaque soir. Ce conseil est d’autant plus valable chez un particulier et/ou en appartement. Comme tout rayonnement électromagnétique, vos voisins sont exposés à une "pollution passive" lorsque le Wifi fonctionne.

  • Relier la box à la fiche de terre afin de réduire la pollution basse fréquence en évacuant les CEM, c’est-à-dire les champs électromagnétiques. A l'aide d'un cable USB/prise terre. (Résultats édifiants!)

 

  • La solution pour atténuer fortement le signal tout en laissant la possibilité de se servir du WiFi à proximité de la box : envelopper votre box ou modem dans une housse en tissu spécial blindé afin d'en réduire la puissance d'émission. Cette housse n'annule pas tout le signal WiFi mais réduit de 47 à 73% la puissance rayonnée par la Box. En vous éloignant de quelques mètres de la box ainsi équipée (le signal est encore utilisable environ sur 5m), vous baissez suffisamment cette source de pollution chez vous pour qu'elle devienne plus "raisonnable", même si nous préconisons plutôt l'arrêt complet de l'usage du WiFi.                                     ("J'ai testé pour vous: ça marche!")

  • Avec un avec un PC, désactiver l’option Wifi et préférer un câble réseau (éthernet) pour relier l’ordinateur à la box. Faire de même avec l'ordinateur portable.

  • Ne pas entrer en contact avec la borne Wifi, s’en tenir à une distance respectable, au moins 1 mètre par exemple, afin de réduire l’exposition des personnes les plus proches.

  • Ne pas se positionner non plus entre la borne Wifi et les ordinateurs qui s’y connectent, de façon à ne pas "couper" le faisceau en interposant son corps au milieu.

  • Des études démontrent que les risques liés à un ordinateur posé sur soi avec le Wifi activé, touchent à la fertilité masculine et féminine, le rythme cardiaque et l'hyperactivité chez les enfants.

  • Ne pas laisser les enfants poser sur leurs jambes ou sur leur ventre un ordinateur portable connecté en mode Wifi. Au contact de la peau, donc au plus près de la source des émissions Wifi de l’ordinateur, la dose de rayonnement subi serait équivalent à l’exposition d’un téléphone mobile, dont l’usage est déconseillé pour les enfants de moins de 15 ans.

Nouvelle étude sur radiofréquences et tumeurs : les preuves scientifiques s’accumulent

3 février 2018 - par Priartem - Thème : Information scientifique

Dossier de presse PRIARTEM du 03/02/2018

Les prises CPL courant porteur en ligne

 

 

 

Pour se protéger efficacement des ondes électromagnétiques radio-fréquences, il est important d’éteindre son réseau Wifi et ne pas utiliser de CPL, (courant porteur en ligne).

 

Ce système utilise des prises et le câblage du courant domestique pour transmettre une onde haute fréquence (de 1,6 à 30 MhZ ) permettant de faire communiquer les équipements informatiques sans fil.

 

Malheureusement, ce signal transmis en haute fréquence sur un câblage non prévu à cet effet transforme l'ensemble de l'installation électrique de l'habitation en antenne géante...

Les compteurs communicants de type Linky utilisent aussi cette technologie. 

 

Les compteurs communicants

Les nouveaux compteurs Linky et Gazpar vont générer des pollutions électromagnétiques hautes fréquences, en passant par les câbles électriques du domicile, c'est le courant sale ou dirty electricity, de type CPL. De plus, des antennes relais (véritables Transformateurs), vont "fleurir" dans leur périmètre, pour transporter les informations..!

 

Le CPL consiste à transporter de l'information par les fils électriques, en passant par le compteur électrique, en superposant sur le courant normal (230V / 50 Hz) des fréquences 1000 fois plus élevées, entre 35 et 91 kHz (kiloHertz).

 

Ce signal CPL ne s’arrête pas au compteur communicant, il se diffuse dans tous les appareils électriques de la maison via le circuit domestique. La portée du CPL basse fréquence est de plusieurs centaines de mètres.

La communication via CPL ajoute ainsi de nouvelles fréquences sur le circuit, générant une pollution électromagnétique supplémentaire.

Il existe des moyens techniques pour filtrer ce courant sale et protéger ainsi les installations et les occupants des locaux, des rayonnements dus à ces fréquences « parasites ».

Mais si vous vivez en immeuble, vous profiterez des effets du Linky de vos voisins, c'est pourquoi il est important de sensibiliser le voisinage pour prendre des dispositions de protection globales. L'électricité polluée ou "sale" peut se définir  en résumé comme une pollution de haute fréquence insidieuse qui est véhiculée dans les câbles du domicile, c'est aussi la pollution électrique qui est produite par nos installations électriques et plus spécialement par :

 

  • Les transformateurs d'ordinateurs

  • Les chargeurs d'appareils

  • Les lampes fluocompactes ou économiques, les néons, les variateurs d'intensité lumineuse (dimmer)

  • Les appareils électriques, les ordinateurs

  • Les adaptateurs CPL

  • Les compteurs communicants "Linky", "Gazpar" 

Les antennes-relais

                        de téléphonie mobile

L’installation anarchique des antennes-relais de la téléphonie

mobile a contribué à exposer des milliers de personnes

à des rayonnements électromagnétiques liés à des fréquences

micro-ondes qui entraînent des pathologies connues

sous le terme de "syndrome des micro-ondes".

Les riverains de stations-relais se plaignent très fréquemment de troubles du sommeil qui se caractérisent :

  •  par un réveil en sursaut, très brutal, toutes les nuits à la même heure. En général entre 3h et 4h du matin. Certaines personnes disent avoir beaucoup de mal à se rendormir, boivent et mangent pour "calmer le stress". Ce qui est remarquable, c’est que ce réveil se produit toutes les nuits à la même heure (quelle que soit l’heure du coucher). Toute la famille, tout l’immeuble, tout le quartier, tout le village peuvent être touchés.

Les exemples sont très nombreux, les personnes touchées ne consultent pas toujours un médecin. Quand elles le font le médecin prescrit des médicaments.

  •  par la disparition des rêves. Ce phénomène est très caractéristique de l’exposition aux rayonnements des antennes-relais. Les patients n’en prennent conscience que le jour où ils ne sont plus exposés : "j’ai bien dormi, j’ai rêvé" L’enregistrement de l’EEG montre une altération des phases de sommeil paradoxal. Il en résulte une très grande fatigue. Le séjour dans un appartement non exposé rétablit un sommeil normal.

       Eliane SPITERY docteur en médecine, docteur es-sciences.

Lignes à haute tension

 

 

Quelle est la distance de sécurité permettant

de résider à moindre risque d’une ligne à haute, 

très haute ou moyenne tension?

La règle de calcul de ces distances de précaution

est simple : pas d’exposition prolongée, c’est

à dire 6 heures d’exposition continue et plus, à moins de 1 mètre par millier de volt en circulation. Ce qui donne les distances suivantes...

Les lignes hautes tension :

20 000V = 20m = 1 à 3 isolateurs

63 000 V = 63m = 4 à 6 isolateurs

90 000V = 90m = 9 isolateurs

225000V = 225m = 12 à 14 isolateurs

400 000V = 400m = 19 isolateurs

En règle générale, pour toute exposition prolongée, une distance d'au moins 650 mètres est conseillée pour rester en bonne santé.

  • Distance d’éloignement conseillé vis-à-vis des lignes enterrées : 20 m

    Poste de transformation

 

  • Une distance d’éloignement de 100 m minimum est préconisée pour limiter l’exposition.

  • La réorganisation des pièces dans un logement peut permettre de réduire l’exposition longue : éloigner une chambre pour y mettre un bureau par exemple.

  • Construire à une distance suffisante d’un poste de transformation (se renseigner sur les caractéristiques du poste).

  • Dans le cas d’un poste de transformation situé contre un logement, organiser le logement de manière à éloigner les chambres et zones de repos du poste.

Les lignes ferroviaires

 

La distance minimale de station par rapport à une ligne ferroviaire est d’environ 50 m

En France, elles fonctionnent avec du courant alternatif à une fréquence de 16 Hz, qui émettent des champs électriques et magnétiques de basse fréquence.

L’intensité du champ électrique sous la ligne de contact sera proche des 1500 V/m, mais diminuera rapidement avec l’éloignement. De plus, elle reste relativement constante quelque soit le trafic. En revanche, le champ magnétique fluctue de manière importante en fonction du courant circulant dans les lignes électriques, fonction du passage des trains.

Selon une étude Suisse, la densité de champ magnétique moyenne sur 24h est d’environ 1 µT à une distance de 10 à 15 m d’une ligne de contact mais des pics surviennent au passage d’un train. Aussi la distance minimale de station par rapport à une ligne ferroviaire est d’environ 50 m. À l’intérieur du train, les champs magnétiques fluctuent fortement dans le temps mais aussi en fonction de la zone de station : en moyenne de 4 µT à proximité de la locomotive à 0,7 µT dans des wagons éloignés.

Attention : les trams et trolleybus fonctionnent en courant continu qui génère des champs électriques et magnétiques statiques, ne présentant pas de risque pour la santé.

  • Limiter la durée d’exposition aux lignes de voies ferrées

  • Dans le train, privilégier les wagons éloignés de la locomotive

  • Eviter d’utiliser le téléphone portable, ordinateur en Wifi

      ( rayonnement démultipié 100 à 1000! ) Donc, évitez d'installer le  portable sur les genoux..!

Les panneaux photovoltaïques

Éviter au maximum les toitures abritant des êtres vivants (animaux,  hommes).

En zone géobiologiquement neutre, non perturbée, non informée (hors eaux souterraines, failles, courants vagabonds…)

Dans la nature, les courants vagabonds naviguent à travers le sol et viennent amplifier la nuisance des perturbations naturelles. Ces courants suivront prioritairement les zones les plus conductrices (passages d’eau, failles, filons de minéraux…).

Il est essentiel de bien positionner les onduleurs :

Assez éloignés des espaces de séjour (champs magnétiques) au moins de 2 mètres.
En zone géobiologiquement neutre, non perturbée, non informée.

Il est essentiel de bien positionner la terre électrique, les tableaux électriques et les transformateurs liés aux panneaux photovoltaïques.

  • A l'extérieur des bâtiments, et non sous ou dans un béton.

  • Limiter le nombre de terres sur un site: l’idéal est de n’avoir qu’une seule terre centrale.

  • Éviter l’effet sandwich avec une terre de neutre EDF ou une autre terre et la salle de séjour.

  • Éviter les zones trop humides ou trop facilement séchantes.

  • Éviter les emplacements sur sol très peu profond : roche-mère trop proche.

Le champ électrique, lui, est arrêté par les matériaux lourds et le métal relié à la terre.

L’onduleur injecte du courant alternatif sur le réseau, générant des champs électriques et magnétiques alternatifs, variables selon la puissance de l’onduleur et le niveau d’ensoleillement.
Généralement placé en dehors du logement ou hors des zones de repos (garage, combles, voire extérieur), les champs électromagnétiques ont une incidence faible sur le niveau d’exposition dans le logement.

En revanche, installé dans le logement, ou contre une cloison attenante au logement, les champs électromagnétiques peuvent être diffusés dans les pièces de vie.

Attention : la mise en œuvre de micro onduleurs contre chaque panneaux photovoltaïques (sur le toit) n’a, à ce jour, pas été mesuré : pas de retour d’expérience sur l’exposition engendrée dans les pièces situées sous les panneaux/micro onduleurs.

Les panneaux solaires, et photovoltaïques génèrent eux aussi du courant sale

La chambre un lieu paisible de repos et de régénération sans ondes

En matière d'hygiène électromagnétique et énergétique, la chambre

devrait être appréhendée comme un lieu paisible de repos et de régénération. Nous passons près d'un tiers de notre existence dans la chambre à coucher et devrions par conséquent préserver cette pièce des perturbations de toutes sortes.

Pour que notre corps puisse sécréter de la mélatonine la nuit, (souvent dénommée "hormone du sommeil"), la mesure des champs électromagnétiques doit être égale à 0 Volt par mètre. Pensez-vous que ce soit le cas dans votre chambre, celle de votre enfant?

 

Quelques solutions faciles

  • Éloigner les équipements émetteurs des pièces de repos et de vie : tableau électrique, onduleur d’installation photovoltaïque, four et table de cuisson éloignée d’une cloison de chambre…

  • La nuit, smartphone et tablettes doivent impérativement être éteints ou au minimum configurés en mode avion. Certains enfants et adolescents dorment avec leur téléphone sous l’oreiller. En dehors du fait que recevoir des communications la nuit ne favorise pas le repos, la présence d’un émetteur de micro-ondes dans le lit a des effets neurologiques. Il y a aussi des perturbations hormonales et des effets sur le système immunitaire.

  • Eviter de brancher en permanence les lits, fauteuils et couvertures électriques pour limiter les champs électriques et magnétiques. Surtout ne pas dormir avec ces appareils en fonctionnement.

  • Privilégier les radiateurs à inertie, éloigner les radiateurs électriques de la tête de lit, zones de repos, et surtout, vérifier qu'ils soient bien reliés à la Terre.! Couper l’alimentation des radiateurs hors période de chauffage, au tableau électrique.

  • Le lit avec moteur électrique, les câbles derrière la tête de lit, ou dans le mur pour alimenter les prises, perturbent le sommeil.

  • Eviter également les lits à armatures métalliques ainsi que les matelas à ressorts car la présence de métal sous le lit déforme le champ magnétique terrestre et capte la pollution électrique ambiante.

  • Eteindre le Wifi  de la box, voire même couper son alimentation, ne pas utiliser de CPL.

  • Proscrire  le radio-réveil électrique (privilégier un modèle mécanique, à piles, ou solaire.

  • Bien sûr ne pas utiliser votre smartphone pour vous réveiller, mettez le systématiquement en mode avion ou éteignez le la nuit…certains modèles ont la fonction réveil même éteint….

  • Eviter de manière encore plus évidente les téléphones sans fil domestiques DECT , ou le téléphone portable en charge à côté du lit ou derrière la cloison : en plus des pollutions électriques, le niveau d’hyperfréquences reçu serait équivalent à celui mesuré à 30 m d’une station d’antenne relais, et cela durant toute la nuit, les bases de ces téléphones rayonnant 24h/24 !

  • Eviter les babyphones qui utilisent les hyperfréquences

       pour fonctionner, et privilégier l’usage d’appareils basses

       radiations à fréquence radio autour de 40 MHz en mode

      analogique, avec piles pour un usage près des bébés, ce

      qui évitera de leurs faire subir les hyperfréquences ainsi

      que le champ électrique et magnétique lié à l’alimentation

      par transformateur. Les modèles transmettant l’image par

      vidéo sont systématiquement en Wifi et sont à proscrire.

  • Supprimer les lampes tactiles à proximité du lit, celles-ci diffusent des champs électriques intenses en permanence.

  • Eviter toute rallonge électrique, les ampoules basse consommation, les lampes avec transformateur.

  • Vous pouvez également éloigner votre lit de 30 cm du mur si celui-ci rayonne du champs électrique.

  • Les électriciens peuvent installer des biorupteurs qui coupent l’électricité dans la chambre pendant la nuit.

 

La Lampe de chevet:   un problème

Le branchement de la lampe de chevet « à l’envers » est une

source de pollution fréquente puisqu’il existe une chance sur

deux de se tromper et d’inverser la phase et le neutre

  • Eviter pour les lampes de chevet, les ampoules basse

       consommation et les lampes avec transformateur

Dans la majorité des cas, le simple fait d’éloigner certaines sources, de débrancher l’éventuelle      rallonge qui passe sous le lit, ou de mettre la prise de la lampe de chevet dans le bon sens          solutionne la majeure partie de la problématique électrique dans la chambre.

Attention également au fil de la lampe de chevet (il se conduit en antenne) qui ne doit pas toucher le cadre du lit.

Voir plus bas :  Diagnostic de votre environnement électromagnétique

 

 

 

Votre lit est-il à la bonne place?  

 Voir page "Soin à la Personne et à l'Habitat"

 

 

Electro Hyper Sensibilité

EHS, SICEM, une pathologie en forte progression

Sommes nous tous concernés ?

 L’électrohypersensibilité, est une forme d’allergie très particulière, en pleine progression dans nos pays industrialisés, et se produit en présence de champs électromagnétiques.

 Tout comme une allergie, celle-ci peut s’aggraver avec le temps.

 Plus les expositions aux ondes se reproduisent, plus l’organisme devient sensible, réagissant à des doses de plus en plus faibles ou des gammes de fréquences ignorées jusque là.

 Une fois les premiers symptômes constatés, elle ne peut que s’accroître.


Certaines personnes sont plus sensibles à certains champs électromagnétiques : micro-ondes, ondes radio, très hautes fréquences, alors que d'autres sont plus sensibles aux courants électriques. 

Les symptômes les plus fréquents vont des souffrances psychologiques (anxiété, état dépressif), aux souffrances physiques :

  • impression de décharges électriques dans le corps

  • de fourmillements, oreilles qui chauffent, sensation cuisante dans la zone temporale ou occipitale

  • sensation de « pression dans le crâne »,

  • nausées, gorge « serrée », maux de tête…

Mais aussi par des souffrances plus générales comme :

  • une grande fatigue

  • la perte d'appétit

  • l’insomnie

  • des malaises

  • des troubles digestifs

  • le dérèglement hormonal

  • la baisse de l'immunité

  • des rougeurs, des gonflements de la peau, des démangeaisons

  • de l’irritation oculaire

  • des dyspnées, des troubles du rythme cardiaque, des problèmes vasculaires (hypertension, sensations de froid ou de bouffée de chaleur), épistaxis

  • une dystonie musculaire (contractions involontaires), craquements articulaires, fragilisation des sutures (fracture de fatigue), des douleurs musculaires 

  • des sensations de "crispation" au niveau mastoïdien ou maxillo-mandibulaire, bruxisme 

  • la sensibilité aux odeurs

  • des troubles visuels, une baisse auditive (acouphènes)

  • des maladresses, des difficultés de langage et de raisonnement, des troubles de l'attention et de la mémorisation à court terme, aboulie, perturbation de la vie affective, apathie, isolement social, irritabilité…

Avec des signes cliniques tels que :

  • Perturbation du système endocrinien

  • du système neuro-immunitaire

  • du système cardio-vasculaire

  • du système nerveux

  • du fonctionnement cellulaire de différents organes

De nombreuses personnes ignorent qu'elles souffrent d'électrosensibilité.

Causes de l'électrosensibilité:

L'électrosensibilité serait causée par une intoxication chronique à :

  • des biocides : pesticides, herbicides, et tous produits contenant des biocides.

  • des métaux lourds : palladium, mercure (provenant principalement des amalgames dentaires), aluminium, monture de lunettes, boucles d'oreilles, boucles d’induction des prothèses auditives, stimulateurs cardiaques,...

  • des produits chimiques : Epoxy, colles, dissolvants, plastiques (vapeurs dégagées par les composants électroniques des ordinateurs et appareils électroniques quand ils sont chauds), certains parfums.

       Il s'agirait donc d'un "effet cocktail"...​

 

 

L'environnement électromagnétique ambiant (micro-ondes GSM, lignes haute tension, bornes WI-FI, téléphones DECT,...) potentialise cette pollution métallique d'origine buccale.

Les métaux réémettent partiellement les ondes qu'ils reçoivent. Les amalgames dentaires, prothèses dentaires, prothèses orthopédiques, en plus d'être des receveurs électromagnétiques, perturbent les voies de communication des tissus/cellules du corps.

Ils interférent avec les méridiens d'acupuncture et engendrent une supra-conductivité entre les différents tissus du corps humain. Certains métaux dentaires et amalgames dentaires (suivant leur qualité - charge en argent-) peuvent se transformer en perturbateurs potentiels suite aux courants galvaniques qu'ils provoquent par la libération des particules métalliques et notamment de mercure et sont responsables de différents troubles de santé (électro-sensibilité, dépression, fatigue chronique, troubles de la mémoire, acouphènes,...)

Tous ces polluants vont amoindrir et perturber le corps, rendant sa résistance plus précaire face aux perturbations provoquées par les champs électromagnétiques et générer un stress physique excessif.

 

                                                                       Des Chercheurs français viennent de démontrer                                                                         que les champs électromagnétiques (CEM)                                                                                 modifient sensiblement la physiologie  du                                                                               sang  et du cerveau des personnes                                                                                             électrosensibles   et que l’impact sur ces                                                                                     marqueurs biologiques augmente et diminue                                                                             selon l’intensité de l’exposition.                                                                                                       

 

«Nous savons avec certitude que l’hypersensibilité électromagnétique n’est pas psychosomatique», a confirmé l’oncologue Dominique Belpomme en entrevue téléphonique.

 

« Les CEM provoquent des effets majeurs dans le cerveau. Le plus important d’entre eux est l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique. Cela permet au mercure, aux organochlorés et à d’autres polluants de pénétrer dans le cerveau, où ils causent diverses maladies neuro-dégénératives.»

 

Professeur d’oncologie à l’Université Paris Descartes, le Dr Belpomme est président de l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (artac.info), qui s’est réorientée dans la prévention à partir de 2004. Depuis mai 2008, son équipe étudie ce qu’il a nommé le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM). « J’ai 450 malades et je vois jusqu’à 20 nouveaux cas chaque semaine, y compris des enfants qui ont des maux de tête, des troubles de la mémoire, de la concentration ou du langage. Nous avons la plus grande série européenne de malades électrosensibles. C’est un enjeu majeur de santé publique.»

Le SICEM est une réaction extrême à de faibles niveaux d’exposition aux champs électriques et magnétiques d’extrêmement basses fréquences (50-60 Hertz) émis par les câbles et les appareils électriques ainsi qu’aux radiofréquences des appareils sans fil et leurs antennes. (10 mégaHertz à 300 gigaHertz incluant les micro-ondes).

 

Ce syndrome est reconnu en Suède comme un handicap donnant droit à diverses modifications de l’environnement subventionnées par l’État afin de réduire l’exposition aux CEM.

 

Les gens les plus sensibles sont souvent référés, à tort, en

psychiatrie : leurs symptômes (notamment cardiovasculaires,

dermatologiques, neurologiques et musculaires) sont si

graves qu’ils doivent se protéger des ondes à l’aide de

vêtements, rideaux, peintures et pare-vapeurs métalliques

idéalement mis à la terre.

D’autres déménagent carrément dans des forêts, grottes et autres endroits reculés, loin de toute émission de CEM.

L’équipe du Dr Belpomme a mis au point une méthode diagnostique basée sur des tests sanguins et un électroencéphalogramme spécial (échographie Doppler pulsée) qui permet de visualiser les flux sanguins. «Ces patients ont avec certitude des troubles de vascularisation cérébrale, »  affirme l’oncologue.

 

En outre, les tests biologiques réalisés démontrent que 30% d’entre eux ont des taux élevés d’histamine, 50% ont trop de protéines de stress, la plupart ont un taux de mélatonine (hormone anti cancer) trop bas, et 30% ont des niveaux d’anticorps et de protéines qui indiquent un choc thermique et témoignent d’une souffrance cérébrale.»

Il ajoute que la moitié de ses patients sont également hypersensibles aux produits chimiques, les deux syndromes partageant les mêmes anomalies cérébrales.

L’oncologue a expliqué qu’il existe trois niveaux distincts de sensibilité aux polluants. D’abord, il y a l’intolérance, engendrée par le polymorphisme. «Cela signifie que nous sommes tous différents. Par exemple, 30 % de la population est plus à risque de contracter un cancer», dit-il. Ensuite, il y a la susceptibilité, facteur démontré par son collaborateur l’oncologue suédois Lennart Hardell qui a observé 16 familles plus électrosensibles en raison de leur hérédité génétique. Il y a également des facteurs de susceptibilité actifs, « comme les amalgames dentaires qui se comportent comme des antennes» captant les ondes.

Enfin, l’hypersensibilité électromagnétique qui se manifeste en deux temps.

« Le première phase est celle de l’induction par surexposition à une fréquence spécifique de CEM, soit de façon aiguë ou sinon chronique comme le fait de parler sur un téléphone mobile vingt minutes par jour » indique Dr Belpomme.

 

Les premiers signes d’hypersensibilité sont la douleur et une sensation de chaleur dans l’oreille.

 

La deuxième phase est celle de la constitution de la maladie. On devient alors intolérant à toutes les fréquences

Les moyens de protection

Les moyens de protection à mettre en œuvre pour diminuer la sensibilité et les symptômes occasionnés :

  • réduire toute exposition au strict minimum.

  • déterminer les sources de pollution électromagnétique à l’origine des symptômes

  • Réaménager son lieu de vie

  • Vérifier si l’installation électrique comporte des prises de terre.!

  • Supprimer les plaques à induction (retour au gaz ou au four thermique classique), les fours à micro-ondes, les radios-réveil, les ampoules à basse consommation

  • Se protéger contre les champs électromagnétiques venant de l'extérieur

  • Se protéger sur son lieu de travail

       En cas d’électrohypersensibilité avérée, le malade peut être amené à ne plus tolérer son                          environnement et donc ne plus pouvoir assurer son activité professionnelle.

 

Cliquez sur l'icône pour accéder au lien

 

 

Actions possibles pour diminuer les symptômes :

  • se préserver des champs électromagnétiques par évitement et/ou protection

  • se faire retirer, le cas échéant, les amalgames dentaires en bouche en respectant un protocole très rigoureux. Envisager une détoxication (chélation) aux métaux lourds

  • se préserver des produits chimiques : biocides, produits chimiques industriels.

  • prise d'anti-oxydants

  • modification de l'alimentation, qualité de l'hydratation, ....

Depuis 2009 l'électro sensibilté est reconnue comme une pathologie réelle en France.

Les médecins la connaissant sont rares.

Des erreurs de diagnostic sont quotidiennes : confusion avec la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique ou  en qualifiant de maladie psychosomatique, de maladie mentale (schizophrénie ou de syndrome dépressif).

En cas d'électrohypersensibilité nous vous invitons à contacter l'ARTAC (Association de Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse) présidée par le Professeur Belpomme, et qui propose  une consultation sur cette pathologie en croissance constante.

                                                               Association Nationale pour la sécurité sanitaire dans                                                        les technologies sans fil

Cliquez sur l'icône pour accéder au lien

 

La mise à la terre :

C’est l’élément essentiel de votre installation

électrique. La mise à la terre permet d’éviter les

risques d’électrocution, de surtension, et elle est la première source de protection face aux pollutions électromagnétiques. Elle se mesure en Ohm, ou en résistance. Par conséquent,plus celle-ci est élevée, plus le danger est conséquent.

La valeur limite est de 100 ohm Ω. Une terre idéale se situe entre 0 et 10 Ω , pour les personnes Hyper Electro Sensibles, celle-ci ne doit pas dépasser 35 Ω, et pour les animaux en stabulation la limite est de 18  Ω.

Quels sont les risques encourus pour notre santé?

Hormis les risques déjà cités, plus la résistance est élevée, plus le courant va chercher une voie plus accessible et de plus faible résistance… l’air. Dans ces conditions, des courants électriques vagabonds vont se former et se propager dans notre lieu de vie.

Ces courants viennent perturber notre Système Nerveux Autonome, et créer une rupture d’équilibre entre le système orthosympathique et sympathique. En d’autres termes, c’est comme si vous étiez en voiture et que vous freiniez et accélériez en même temps… Pratique non?

Notre organisme va donc subir un stress intense lié à cette double contrainte. Ceci se manifeste par une dérégulation cellulaire, physiologique et émotionnelle. Les effets ressentis notamment chez les enfants sont par exemple, troubles du sommeil, énurésie, hyper activité…

 

Se reconnecter à la Terre

Peut-être la découverte la plus importante sur la santé!

La mise à la Terre permet de compenser le manque d'électrons

présents dans le corps, en vue de réduire l'inflammation,

qui est à l'origine de la plupart des maladies.

Le corps revient à son état électrique normal, il est capable

de mieux s'autoréguler, de s'autoguérir. Le système nerveux

passe d'un mode régit par le stress à un mode apaisé, le sommeil réparateur est ainsi favorisé.

Appliquée aux personnes, la mise à la Terre protège le circuit bioélectrique humain si fragile des charges électriques statiques et des interférences.

Quelques bienfaits de la mise à la Terre:

  • Désamorce la cause de l'inflammation et améliore ou élimine les symptômes de nombreux troubles liés à l'inflammation

  • Diminue, voire supprime les douleurs chroniques

  • Améliore le sommeil

  • Accroît l'énergie

  • Diminue le stress et favorise le calme dans le corps en apaisant le système nerveux et les hormones du stress

  • Normalise les rythmes biologiques du corps

  • Fluidifie le sang et améliore la tension artérielle et la circulation

  • Soulage les tensions musculaires et les migraines

  • Diminue les symptômes hormonaux et menstruels

  • Hâte la cicatrisation de façon spectaculaire et contribue à empêcher la formation d'escarres

  • Réduit ou élimine la fatigue dûe au décalage horaire

  • Protège le corps contre les champs magnétiques environnementaux susceptibles de perturber la santé

  • Accélère la remise en forme après une activité athlétique intense

Première ONG créée sur la problématique « ondes-santé-environnement » Priartem se bat, depuis 2000, pour la protection de la santé et de l’environnement face aux risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques

Traquer les ondes

électromagnétiques

S’il est simple d’observer ces bonnes pratiques,

il l’est moins de détecter les sources de rayonnement

électromagnétique dans son logement. Qui imaginerait

que lorsque le fil électrique d’une lampe de chevet est au

contact d’un lit en bois, tout le meuble se met à rayonner ? 

det10
detecteur
detect3
detect7
det11
det8
det13
detect5
detect9
det14

Pour traquer ces ondes,  une série de mesures sont prises dans chaque pièce, puis après analyse, des solutions sont proposées pour faire baisser le niveau d’exposition

 

Diagnostic de votre environnement électromagnétique

 

Mesurer les champs Hautes Fréquences et basses fréquences 50 Hz

Pour ce type de rayonnement extrêmement basses fréquences,

les champs magnétiques et électriques doivent être approchés

séparément.

La plupart des appareils électroménagers non reliés à la terre (lampes, appareils Hifi, DVD, ordinateurs, radiateurs, etc…), produisent des  champs électriques très intenses

Ces champs électriques basses fréquences sont des sources de pollution très importantes et souvent ignorées du public, détectables par un mesureur de champs électromagnétiques.

Les champs magnétiques 50 Hz peuvent être produits par tous les consommateurs de courant (radio réveil, les divers appareils électroménagers, les radiateurs électriques).

Il faudra être particulièrement attentif à toutes les sources dont il est impossible de s'éloigner  telles que: Plancher chauffant électrique, proximité d'un transformateur électrique, de lignes moyennes ou haute tension, mais aussi d'un système électrique défaillant. Et il y en a.! Cela en est même surprenant: Nombre d'installations quelles soient anciennes ou récentes ne sont pas "finies"! 

Mesurer les rayonnements électromagnétiques Radiofréquences/Hyperfréquences

Antennes relais, Wifi, BlueTooth, Téléphones DECT, divers "box" internet, radars, Wimax, TNT (télévision numérique terrestre). Les sources de pollution par les hyperfréquences se multiplient dans notre environnement.

Expertise et Diagnostic

 

La géobiologie ne se contente plus d’user de la détection sensitive mais utilise des appareils scientifiques sophistiqués permettant d’effectuer des diagnostics précis et complets de la qualité (biotique) d’un habitat ou d’un terrain et d’en déterminer les zones nocives ou neutres.

Le diagnostic est la 1ère étape dans la démarche de protection contre les différents champs (électriques, magnétiques, électromagnétiques)

Cette étude complète vous permettra d’avoir un vue précise de la qualité de votre habitation et de votre environnement.

Le diagnostic comprend :

1/ Détection sensitive (radiesthesie)

  • La recherche de sources et veines d’eau souterraines

  • La recherche des réseaux Hartmann et Curry 

  • La recherche de failles

2/ Détection par mesure physique

  • Les mesures de champs électriques basses fréquences

  • Les mesures de champs magnétiques basses fréquences

  • Les mesures de champs électromagnétiques hautes  fréquences

  • La mesure et vérification de la prise de terre

Suite à cette visite, un rapport détaillé sur les différentes valeurs mesurées, le relevé des anomalies, les sources de rayonnement, des conseils en fonction des problèmes constatés, vous est adressé.

Pour mieux vous servir

Bientôt, ouverture d'une boutique en ligne

Etre informé des problèmes possibles, être convaincu de l’intérêt de le faire et chercher à limiter est une question de conviction personnelle pour tenter de comprendre, d’améliorer son environnement, son habitat et sa santé et ainsi mieux y vivre.

 

 

Géobiologie de l'habitat

Les informations nécessaires à l'expertise géobiologique :

  • Le plan de votre habitation incluant le nord magnétique, avec le détail de l'emplacement des lits, bureaux, salon, salle de jeux, les lieux de repos ou de long stationnement.

  • La date de naissance et le nom des habitants du lieu à expertiser

  • La date d'emménagement dans ce lieu

  • Si possible la date de construction

  • Si possible le plan de masse afin d'étudier la situation de l'habitation par rapport à son environnement

Zone géographique de déplacement : me contacter 

 

 

Coût d'une intervention:

 

  • Pour un diagnostic de géobiologie d’un terrain avant construction (sources d’eau souterraines, réseau Hartmann, Curry, failles….)

       80 €  ttc + 0.30 centimes du kilomètre aller/retour, dans un rayon de 60 km. Au delà, il             sera facturé 0.50 centimes du kilomètre.

 

  • Pour un diagnostic d’une maison ou d’un appartement pour les champs d’origine artificielle pour une surface habitable inférieure ou égale à 150 m2 (champs électromagnétiques, champs électriques, basses fréquences, hautes fréquences….)

       80 € ttc + 0.30 centimes du kilomètre aller/retour dans un rayon de 60 km. Au                           delà, il sera facturé 0.50 centimes du kilomètre.

  • Forfait pour un diagnostic complet : champs d’origine naturelle (sources d’eau souterraine, réseaux Hartmann, curry, failles….) + champs d’origine artificielle, pour une surface habitable inférieure ou égale à 150 m2 (champs électromagnétiques, champs électriques, basses fréquences et hautes fréquences…..)

       150 € ttc + 0.30 centimes du kilomètre aller/retour dans un rayon de 60 km. Au                         delà, il sera facturé 0.50 centimes du kilomètre.

 

                                                          Cadeau!

Livret Hygiène Electromagnétique

Réduire son exposition aux ondes électromagnétiques : Petit livret simple et pratique pour mieux comprendre la problématique des ondes électromagnétiques et les solutions d'hygiène électromagnétique à pratiquer au quotidien . Nouvelle Edition Novembre 2017.

A lire et partager sans modération !